Jean Monbourquette

MA PRATIQUE

Parce que nous sommes chacun fait pour le beau, pour le bon et pour le bien, j'accompagne la personne afin qu'elle se révèle à elle-même, à sa pleine dimension humaine, à sa dignité: infiniment aimable et capable. C'est le premier pas d'en prendre conscience, de l'accueillir, pour ensuite oser être soi.  Alors, elle pourra avoir accès à son identité profonde.

Et advenir.

Comment cela se fait-il?
Monastère de Santo Toribio

Je propose des ateliers collectifs et des accompagnements individuels. 

L'objectif est d'accompagner la personne à  bâtir une personnalité saine et forte en s'appuyant sur le Soi, lieu de l'identité profonde. 

 

Chaque atelier ou rencontre individuelle se compose  d'une ou plusieurs "stratégies": des activités structurées développées par J. Monbourquette et décrites dans ses divers ouvrages, notamment dans Stratégies pour développer l'estime de soi et du Soi.  J'anime ces rencontres en employant des techniques d'écoute active favorisant l'expression et les processus intérieurs de chacun. La PNL, l'auto hypnose et les travaux de Jung sont aussi les piliers sur lesquels mon travail s'appuie. 

Les ateliers  se déroulent par groupe de 6 à 12  personnes, dans un climat de bienveillance et de non jugement. 

Et toute la proposition autour de l'accompagnement des endeuillés est également issue des travaux  de Jean Monbourquette, pionnier dans l'accompagnement du deuil. 

J'ai été formée au sein de l'association Estimame par Isabelle d'Aspremont,  qui a été sa proche collaboratrice pendant plus de 10 ans. 

Le deuil

 
Rouge-gorge sur une branche

 Le deuil est un processus. C'est une expérience de vie vécue par tous, mais qui est curieusement  peu accompagnée, parce que mal connue. 

     Nous avons tous en nous les ressources pour vivre ce processus de résolution de la blessure à l'attachement. (Je suis un être d'attachement, et j'ai été blessé par la perte du lien qui m'attachait à l'autre, à ce à quoi j'étais attaché) .) Et tant que le travail du deuil n'est pas terminé, la personne blessée par une perte, ne peut lâcher prise, elle est comme empêchée d'avancer.

La perte peut être celle d'une personne, celle d'une relation amoureuse, amicale, de la santé ou d'un idéal, de sa vie professionnelle...

    Des résistances au processus de deuil peuvent s'enclencher, et alors, la personne endeuillée restera en attente d'une relation qui n'est plus, au lieu d'en construire une nouvelle et véritable.  

     Les résistances à l'enclenchement du processus de deuil sont nombreuses: ce peut être l'incapacité à exprimer ses émotions, l'adieu qui n'a pu être dit, l'impossibilité de participer aux funérailles, ou de se retrouver pour évoquer ensemble, en famille, entre amis les souvenirs de la personne décédée...

     Mais négliger de faire nos deuils nous mène à d’autres formes de mort, tels des moments dépressifs, un stress inhabituel, un mal être sournois, une culpabilité malsaine, une perte de repères, de croyances et de sens. Un peu comme si nous avions des bleus à l’âme." écrit Isabelle d'Aspremont, co-auteur avec Jean Monbourquette de 'Excusez-moi, je suis en deuil'. 

       Un nouveau chemin, fait de transformation profonde, existe,  pour qui choisit de s'y aventurer...  Un chemin qui aidera à retrouver,  l'élan de vie qui vous habite.

Emprunter ce chemin sur lequel je peux vous accompagner, pas à pas - de façon unique car chaque histoire est unique- et à votre rythme avec beaucoup de bienveillance, vous permettra de retrouver le goût d'aimer, de voir s'allumer au loin un espoir nouveau... Emprunter ce chemin permettra de grandir en humanité.

Un atelier pour se reconstruire après la perte: les 27 et 28 octobre 2022

Pour quoi? Pour qui?

Chacun peut être concerné car nous sommes des êtres d'attachement. Et lorsque le lien d'attachement est rompu, il y a blessure, et il y a souffrance. Alors, si nous ne prenons pas le temps de soigner cette blessure, nous restons avec des douleurs à l'âme, comme des bleus qui demeurent. Pour s'en "guérir", il nous faut alors regarder les pertes dans nos vies...

En petit groupe. 

Mon conseil de lecture: Aimer, perdre et grandir de J. Monbourquette.

L'estime de soi

Parce que l'estime de soi est le socle pour bien vivre avec l'autre, avec tous les autres.

Parce que pour être bien avec les autres, il est nécessaire d'être bien avec soi-même... Il s'agit de vivre un  accompagnement bienveillant qui permettra de transformer ses propres représentations mentales, grâce à des stratégies concrètes. Par l'expérience donc avec des outils tels que la PNL,  l'écoute active, la psychosynthèse issue des travaux de R. Assagioli, le travail de l'ombre issu des travaux de Jung.., le premier pas de cet accompagnement sera de prendre conscience de son propre fonctionnement interne, pour ensuite pouvoir transformer ce qui est nuisible à la bonne estime de soi. (C'est à dire tout jugement sur soi négatif qui nuit au juste amour de soi et à la confiance en soi. Autrement dit, tout ce qui coupe la personne de son élan de vie. )

C'est une invitation à grandir en liberté pour oser être pleinement Soi-même, ce processus d'individuation qui est propre à la psychologie Jungienne. L'accompagnement pourra aussi passer par le "travail" d'un deuil non résolu, ancien ou récent, afin de lâcher ce qui n'est plus pour s'ouvrir à ce qu'on est devenu. 

 
Vieux quai

Un atelier en 10 rencontres.  2 rencontres par mois, le mardi de 18h à 20h.

A partir d'octobre 22.

Deux dates d'essai:

- le mardi 13 sept à 18h- 20h à Eterpigny.

- le mardi 20 sept de 18 à 20h à Eterpigny.

 tarif: 10 euros 

Pour plus d'infos: me contacter: